Féminité et masculinité à égalité et différents : Notes prises dans un texte de Marie-Jo BONNET

Publié le par Claire (C.A.-L.)

Extraits d’un  article de   Marie-Jo Bonnet qui pose des questions très importantes dans une période de confusion où dès qu’on lit les publications qui tombent sous la main le plus facilement,

on pourrait penser que le mariage homosexuel et les gays prides autorisées et médiatisées dans les villes grandes et moyennes, les tonitruantes et moralisatrices déclarations de principe sur les droits de l’Homme, les ABC de l’égalité etc. ont changé définitivement la donne entre femmes et hommes dans la société.

 

Si "tout est dans tout et réciproquement" *

...Alfred Capus ou Pierre Dac

 

Alors il n'est pas sûr du tout que les femmes y trouvent leur compte

 

        MLF  et  Gays dans le grand modèle normatif universel…

      Anti-hiérarchie  féministe et égalitarisme gay ?

                                                           REFLEXION 

"Quelques idées qui ont fait la force du MLF : Autonomie, non mixité, anti-hiérarchie, autofinancement, bénévolat, respect des initiatives, présidences tournantes,

tout en s’inscrivant dans la modernité (...) "Aux logiques de structures centralisatrices et bureaucratiques, (...) oppose la solidarité entre les femmes, la dynamique des réseaux et des projets".

   L’égalitarisme gay oblitère la dynamique d’autonomie et d’émancipation des femmes.

Il opère un retour en arrière vers des valeurs masculines normatives,

prétendument intégrationnistes qui donnent l’impression d’être à tout le monde et d’avantager tout le monde,

alors qu’elles occultent un peu plus la nécessaire différenciation des homosexuels.

Le mimétisme égalitariste gay fait le lit d’une vision homosexuelle masculine du monde où l’Autre, en l’occurrence la femme,

disparaît comme Autre pour être intégrée au modèle dit universel.

La reconnaissance se fait au prix de la négation de l’altérité, ou plus exactement de la réduction de l’altérité à du spécifique, reconduisant la "valence différentielle des sexes", comme la nomme Françoise Héritier.

En se faisant passer pour universelle, l’homosexualité masculine fonctionne comme l’hétérosexualité masculine qui réduit l’Autre à du spécifique au nom du Surmoi patriarcal, et le modèle à une norme. Ainsi, l’inscription de l’homosexualité dans un cadre juridique rénové ne change en rien la position des femmes dans un ordre symbolique où le masculin règne toujours en Maître .

 

L' invisibilité de la femme y est programmée de manière si implacable, qu’elles ne peuvent même pas y répondre puisque chacun est là pour s’amuser.

 

Les gays ont envahis les rues, ils occupent toute la place, générant un terrorisme de la visibilité qui transforme l’objet regardé en idole dépouillée de la plus infime transcendance.

 

La société de consommation sexuelle instaurée par les gays devient donc aveugle et sourde à la parole des femmes.

 

Je pense qu’elle est au contraire une des orientations sexuelles les moins construites par l’éducation, même si elle peut s’expliquer par l’histoire personnelle.

 

Pourquoi ne serait-elle pas le vecteur d’une vérité humaine "inouïe". Les médias continuent de ne pas voir les femmes dans les marches dites mixtes.

 

(...) Les gays assumeront-ils un jour ouvertement leur polarité féminine (leur anima dirait Jung), sans la caricaturer ni la projeter sur les femmes ou les prostitués homosexuels ?

 

C’est l’espoir que je formule, car, on s’aperçoit qu’à force de s’identifier au modèle viril dominant,

le mimétisme gay est passé en trente ans de la simple stratégie de défense face à un environnement hostile, à un mimétisme réducteur (...) qui fonctionne bien, pas (...) seulement parce qu’il érotise la rivalité mimétique entre modèles masculins ;  c’est aussi parce qu’il s’appuie sur la conception constructiviste de l’homosexualité selon laquelle les sexes, les genres, les préférences sexuelles sont des "constructions" sociales à laquelle nul n’échappe.  Est-ce bien vrai en ce qui concerne l’homosexualité ? (...)"

Le texte en noir entre guillemets est de Marie-Jo Bonnet

 

 

 

Féminité et masculinité à égalité et différents : Notes prises dans un texte de Marie-Jo BONNET

Publié dans Notes de lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article