Lectures du dimanche 9 novembre 2014 au Centre Culturel de Queuleu

Publié le par Claire (C.A.-L.)

  Merci à tous pour votre sympathique et attentive présence

 Une bien chaleureuse  rencontre que celle de dimanche 9 novembre, 

 porte ouverte sur l'exposition,  "1914, l'entrée dans la Grande Guerre"

 

                                  Extrait du mot d'accueil introductif

 ..." Je* voudrais rapidement souligner la difficulté qui a été la nôtre d'effectuer un travail poétique sur ce qui au fil des décennies est devenu un "thème" qui se situe du côté de l'Histoire, de l'idéologie, du récit. (...)

L'expérience et l'émotion "vraies", qui président à l'écriture poétique, par rapport à tout ce que la guerre a compté de  morts, de douleurs, de désespoir, que l'on connaît par l'intermédiaire de récits de récits, de témoignages de témoignages... relais de mémoires, de représentations, ne nous devient pâte poétique à pétrir que quand elles rejoignent nos souffraces intimes, nos douleurs d'aujourd'hui, nos interrogations  et les font résonner(...)"

 

                                                     ***   

                                               Se sont succédé                               

- les textes de   Marie Daffini, Agnès Hopp, Marguerite Thierry, dits par elles-mêmes, les textes de Benjamin Murat, retenu par son travail, lus par Jean-Luc Antoine                   

- un moment intense que celui où des textes poétiques, en patois roman  et leur traduction ont été lus  par l'équipe de l'Atelier de Patois lorrain du Centre, un des très rares à exister encore. Encore une fois merci à eux d'avoir été là.                                   

- des extraits de l'année 1914, du  journal de Lina WELTER, qui paraissent dans le Républicain Lorrain, avec Marie, Agnès et Marguerite, entrelacés de quelques Paroles de Poilus, avec Jean-Luc.

- Puis la scène ouverte a permis d'entendre les témoignages émouvants de celles  qui ont évoqué leur père, Verdun; et aussi "le baiser d'adieu" bien tendre de Marguerite Duportal, écrit le 30 août 1914

ainsi qu'en contre point un long poème extrait du recueil Les temps maudits écrit par Marcel Martinet entre 1914 et 1915 qui témoigne de la colère impuissante, du désespoir de ceux qui croyaient pouvoir préparer un monde fraternel..."Tu vas te battre ?" 

 

                                                                                     * Claire Antoine

                                                                         

 

Lectures du dimanche 9 novembre 2014 au Centre Culturel de Queuleu

Publié dans Centre Culturel

Commenter cet article

Marie 21/11/2014 14:02

Blog riche et vecteur d'émotions! Merci, Claire.