-121- Colonne neguentropique (à travers l'article de Marc Halévy, sur l'entropie ( cf lien)

Publié le par Claire (C.A.-L.)

Je veux, dit-elle, juchée au sommet de la tour, prenant sa grosse voix d'ogre

Des états ensembles équiprobables

aux probabilités équïégales en pouvant-être, possibles étants à égalité de toutes choses, de celles qui peuvent être possibles

Faisons, mes amis, que l'entropie soit seule en la manière d'en finir enfin.

Unifions, concassons et supprimons les grumeaux, les morceaux

Moulinons-les.

Je tournerai, tournerai

En tournoyant ils changeront d'état.

 

Qu'ils deviennent liquide soupe homogène...Car, Amis, je vous le dis, il faut supprimer l'hétérogène gêneur, gêné gênant !!

 

Cette instance quelle est-elle, celle qui tourne tourne tourneboule ainsi le moulin de la séparation en myriades d'infimes minuscules parties microscopiques de même nature, revêtues du même unique uniforme intégralement parfaitement itou tout tous pareils invariants isotropes résistants ?

 

- Ce n'est pas de la complexité. C'est de la daube, de la soupe...

- Oui. Je ne t'ai pas menti. Regarde plus haut. J'ai dit "soupe" avant toi.

 

Et la terre tournoie dans le vide

Plus rien ne bougera jamais plus étant sans âme-cœur.

 

Inerte.

Système clos

Les frontières sont hermétiquement installées enfoncées loin dans le fond, hautes, élevées, loin.

Dans la toile d'araignée et à l'intérieur-dedans délité, décomposé.

 

Ta disparition est inévitable.

Platitude. Résorption des volumes dans l'espace du cercle

 

"Modèle,

Eau,

Elément premier,

Tu gardes peut-être dans ton clapotis la mémoire de ce qui fut ?

En une nuit tu as voulu rassembler en un seul point les abysses bipolaires, les pics et les aiguilles, les eaux réactives des bassins de rétention et tout ce que le soleil contient de chaleur...

 

C'est interdit. Non !

Tu es Orphée

Il t'es interdit de te retourner.

Mais tu l'as fait 

Marbre brisé écroulé dispersé

Mais tu peux chanter

en morceaux, mille morceaux

Ta tête enchantée posée sur ta lyre

Tu peux dévaler le fleuve parler aux oiseaux aux plantes et aux hommes

Le fleuve qui te conduira irréversiblement au centre du mouvement qui te broiera

 

Avancer vers la fin, vers la perte 

Le temps d'aller vers la mort

Le temps qui ne passe pas

Le temps qui ne ne repasse pas

 

Vitam vivere

Vivre sa vie

Accumuler les préfixes

Les additionner

Accumuler 

Entasser le temps

Des menues micro variations

S'enstratent

s'empilent

s'encastrent les unes au-dessus des autres

Mouvements virtuels des apparentes images  du presque même

Des passés troublés illusionnés

Prêtes à pénétrer

Parcellisées pixellisées miniaturisées, à toute vitesse 

Résorbées dans le trou du magma épais 

sans lumière

Froid Très froid Inorganisé Sans début et sans fin.

 

"Je ne suis ni l'oméga ni l'alpha", reprit alors la voix d'ogre, quelque peu enrouée.

Certes !  Alors, je te le demande

Peut-on, je te le demande, comment peut-on dans tout cela, tout ce cas, penser ce tout là.  Le peut-on ?

Car peut-être est-ce tout simplement impossible que le soleil autour duquel tourne la terre passe sous la loi glaciale, s'il est si chaud, que jamais  jamais l'Erèbe ne pourra avoir raison de lui....

 

Et sans réponse

En attendant

Pour échapper

A l'entropie

Tous les gravats

Je les empile

Les alourdis

Les ficelant

Les uns aux autres

Les empêchant

Dans la demi

Obscurité

Bien au chaud

Bien au sec

Ils contiendront

Au moins un temps

Le mouvement

Irréversible

Irrépressible

Au moins un temps...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         -121-  Colonne neguentropique (à travers l'article de Marc Halévy, sur l'entropie ( cf lien)

Publié dans poème

Commenter cet article