Théâtre : Court dialogue "Tope et Upie sur une île "- En marge d'un appel à texte du Proscenium

Publié le par Claire (C.A.-L.)

                   A partir d'un appel à textes du site Le Proscenium

             mais qui ne repecte pas les consignes concernant la longueur.

                                

         Pour deux femmes : une mère et une fille. Une voix d'homme à la fin

                                            Tope et Upie sur une île

 

Upie est vêtue d'une cape couleur de feuilles. Tope est habillée en tenue sport : Tee shirt et jeans avec un pull noué autour du cou.  

                                       Upie 

Tope ! Mais où es-tu ? Montre-toi ! Ne reste pas sous les arbres. Arrête de jouer. On est seules, enfin seules, je dirais ! Viens t'asseoir à côté de moi. Fais-toi sécher au soleil. Ah !  Pas de père, pas de mari, pas de petit copain. Quel calme !...

                         Tope ne se montre toujours pas. ...

 

                                 Upie continue

 

Tope ! Voilà plusieurs fois qu'on parcourt ce bout de terre. Tu as bien vu quand même que c'était une île, ma chérie. C'est formidable, d'être ensemble et seules. Ah! Ah! Ah! Seules ! Tu te rends compte du truc ! Nous allons nous recréer un monde à nous deux. Nous vieillirons ensemble...Nos jours et nos nuits à nous apprendre, à nous réconforter, à nous aimer !!!!

 

                     Tope arrive sur la scène comme par enchantement

 

Le rêve ! Toi tu te rends compte de ce que tu dis-là ! Je suis beaucoup plus jeune que toi. Quand tu seras morte, je ferai quoi ?

                                Upie 

Sur cette île, nous échapperons à la pollution...Je vivrai longtemps...Nous allons nous nourrir de baies...Il y a quelques jours - ça me fait drôle d'évoquer internet ! Ça va bientôt être si loin tout ça...- j'ai lu quelque part que c'était les baies qui allaient nous protéger du cancer !!!  Elle esquisse quelques pas de danse Ici, béni soit ce lieu ! Nous en mangerons tous les jours nous allons nous empiffrer de baies rouges. D'ailleurs nous ne mangerons que ça, car je n'ai pas l'intention de tuer des animaux, s'il y en a, pour les manger...Non non non....Toi non plus, j'espère. Je ne le supporterai pas. Pas de poisson non plus, même à la broche. Regarde-moi, c'est non, n'est-ce pas...Jure-le ! Allez, jure-le ! 

                                  Tope

Tu es pénible ! Tu ne voudrais pas plutôt qu'on essaie un truc pour sortir de là, de cet enfer ?

                                     Upie

On ne peut pas dire enfer, Tope,  il y a de l'eau, partout de l'eau...On ne brûlera pas et de plus, comme tu le sais "l'enfer, c'est les autres" et qu'il n'y a pas d'"autres" rien que toi et moi, ma chérie ...Pas de soucis à se faire avec ça

                                      Tope

Tu es vraiment folle, en fait. Inconsciente. Il n'y a plus de place pour tes jeux de mots, tes associations débiles. Tu ne peux plus faire l'autruche...Si personne ne vient nous secourir, admettons, je finirai par t'enterrer et par mourir aussi à petit feu...complètement seule. Il est même possible que je meurs avant toi...

 

                                                  Upie

Ecoute, on n'en est pas là

                                   Tope

Si. Je me sens  si mal, avec toute cette eau autour de moi. Je vais crever avant toi. Comme ça c'est bien fait pour toi. C'est toi qui seras seule. 

                                    Upie

Ne dis pas cela

                                    Tope

Si ! si je veux, je le dis. C'est toi qui as voulu faire ce voyage à la noix, dans ce rafiot pourri. Si on s'en sort, c'est la dernière, tu m'entends bien je te parle avec solennité, la dernière fois que je te fais confiance et que je commets la bêtise de te suivre quelque part.

                                     Upie

Ah ! Non, tu as ta part de responsabilité ! Tu as fait un choix ! Celui de me faire plaisir ...On est ensemble. On y est... ça va aller..."Je suis une force qui va"

                                               Tope

OK ! Plaisir ABSOLU ! N'importe quoi ! "Responsable" !!! Ça va aller...mais vers quoi ? Tu as oublié que quelques vers plus loin, Hernani dit  "...Hélas, sans le vouloir, je te ferai du mal"  et ce n'est pas vraiment drôle, hein Maman ...

                                     Upie

Ah ! Oui, je ne m'en souviens plus...Si tu le dis. Tu sais bien que je ne ferai jamais de mal. Tu es ma fille. Je t'aime. Mais toi, par contre ...Enfin...Tu pourrais m'appeler par mon prénom, Upie, ici on est à égalité.

                                         Tope

NON. Ne compte pas sur moi. Même si nous sommes seules je ne veux pas transgresser les règles de la filiation.

                                         Upie

Tu n'es pas amusante et vieux jeu, avec ça. Enfin ! Ouf ! Plus d'hommes, plus de père, de fils, de sermons d'angoisses plus besoin de se justifier. Entre filles

                                          Tope

Je te sens libérée...Moi c'est le contraire...Je ne peux plus respirer...ça m'angoisse...

                                          Upie

Mais tu verras, un autre bateau va peut-être chavirer et d'autres femmes vont nous rejoindre...Nous allons renaître...sans contraintes. Plus de machos, plus de violence, plus de viols, plus de foulard...Renaissons à la liberté

                                         Tope

Arrête ! Je t'en supplie ! Tu dérives...Reste avec moi, hein. Tiens dors un peu...Je réfléchis à la suite à donner à notre "aventure"...Bon on n'est pas si loin de la côte et puis on a loué la barque pour une demi-journée, seulement...

La nuit tombe, Tope dort. Upie regarde le ciel. On entend des appels Hé ho hé ho...des lumières de lampes torches...

                        Elles sont là, je les vois. Tope me fais signe

                                          NOIR  

 

 

Théâtre : Court dialogue "Tope et Upie sur une île "- En marge d'un appel à texte du Proscenium

Publié dans saynète

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

carant 27/09/2014 11:55

j'adore !: