"Le réel, c'est ce qui n'est pas symbolique"

Publié le par Claire (C.A.-L.)

- Le problème c’est le réel

- Je ne comprends pas bien ce que tu dis.

- Quand mon grand-père Camille, après le repas,  mettait une théière sur la table et demandait à ceux qui étaient là ce qu’ils voyaient il interrogeait sur le réel, la réalité : "Qu’est-ce que le réel ?" 

- "Qu’est-ce qu’on voit ? A quoi ça renvoie en chacun de nous, de chacun sans médiation

- Oui ! Et ça ne menait à rien de vraiment satisfaisant, de bien intéressant, ni du point de vue de la pensée... ceux qui avaient le droit de parler, ayant eu au moins "leur bachot"...ergotaient, en se prenant au sérieux...(ma mère adorait ça); ni du point de vue du « réel »…Juste envie d’aller dans le jardin avec grand-mère Lucie saluer les roses trémières, et les gueules de loup, admirer les capucines, froisser pour qu’elles embaument les doigts des pétales de géranium, ou des feuilles de menthe, ramasser les haricots, déterrer les carottes ou cueillir les cerises.

  « 4 heures ! ils ne sont pas venus goûter ! Où sont les enfants ?... », Colette, La maison de Claudine, ch 1.

Ce matin, je viens de trouver une définition lacanienne du réel qui me convient assez bien, et dont je me dis que j'entends peut-être un aspect.

                              « Le réel, c’est ce qui n’est pas symbolique »

Ce qui n’est donc pas qu’une partie dont quelqu’un d’autre, une autre partie de soi-même possède l’autre partie et qui forme un tout le jour des « retrouvailles », des « épousailles »

Non ! «  C’est le lieu où le sujet pensant ne se rencontre  pas »

C’est pour cela qu’on passe … « à côté », parce que dans ce topos ou locus là, pas besoin/envie/nécessité de rencontre, on est dedans entier...sans   coupure

Alors ce serait à l'intérieur de notre psychisme, le lieu de l’enfance ? De l’avant adolescence, de l’avant esprit de crise  κρίσις, dit « critique »  κριτικός

11 septembre 2014 CA-L

"Le réel, c'est ce qui n'est pas symbolique"
"Le réel, c'est ce qui n'est pas symbolique"
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article