116. Il le faut...

Publié le par Claire (C.A.-L.)

J’aime

mon ombre hier dans mon ombre je me suis vue grande et mince.

J’envie

l’harmonie élégante

de ceux qui n’ont pas de poids

qui renoncent oublieux aux puissants biens du monde

qui peu à peu s’abandonnent.

 

Aventurière des lignes de mots

des dessins poétiques sur des surfaces

des ruelles et des boulevards, rotondes et périphériques

Des routes de signes.

 

En recherche

en lutte avec le poids du vide

du face à face

du mot à mot

du rejet pour déprise et reprise.

 

Je cède à ce désir.

Je franchis le seuil des portes de l’entendu.

En fuite pour croire pouvoir me reprendre en corps

à nouveau adolescente, dans un corps d’âge

à la respiration coupée. 

En partance pour l’ombrage léger 

Loin du regard  zénithal absolu.

Par en enhaut du soleil qui couche au sable aux planches

A plat plus bas dans le secret à l’écart

M'enfouir et rendre visite au mouillé aux larves, à l’avant-naître

et espérer découvrir, 

       entre dessus l'implacable dure chaleur qui m’assomme,

     et entre dessous de moi l’irrésistible mou de la fraîcheur qui m’étouffe

des galeries où s'entrefilent au point de croix des temps de douceur.

                                      CA-L septembre 2014

116. Il le faut...

Publié dans poème

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article