118- Faux pas...

Publié le par Claire (C.A.-L.)

 Ce soir je réfléchis...

                           Je me mire dans une glace sans tain

 

J'offre les mouvements de mon corps aux yeux glauques

                                                              presque éteints

du voyeur voyageur

                            Lui concédant la jouissance d'un pseudo rapt

 

 

L'image envoyée d'un même jet

                                                 Au moment où nos regards se croisent...

 

De ma tête dans sa tête

de l'autre côté

leur chaleur passe facilement

 

Mais brusquement

le long du fil à plomb

Ils se décrochent 

l'un de l'autre, finalement

 

 

                        Je me retourne, tu vois mon dos

                                                                 et je disparais.

                                                                                    Sans bruit...

                        

Lorsque je me contemple dans le reflet d'une glace, qui sait si le tain n'a pas disparu ?

"Les arènes de Lutèce", défendues en juillet 1883 par  Victor Hugo :  «(...) Il n'est pas possible que Paris, la ville de l'avenir, renonce à la preuve vivante qu'elle a été la ville du passé. Le passé amène l'avenir. Les arènes sont l'antique marque de la grande ville...un monument unique(...)"

"Les arènes de Lutèce", défendues en juillet 1883 par Victor Hugo : «(...) Il n'est pas possible que Paris, la ville de l'avenir, renonce à la preuve vivante qu'elle a été la ville du passé. Le passé amène l'avenir. Les arènes sont l'antique marque de la grande ville...un monument unique(...)"

Publié dans poème

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article