"Nox Irae", recueil poétique de Marie-Noëlle CELERIER

Publié le par Claire (C.A.-L.)

                                                         
A l'occasion de l'hommage annuel à Verlaine de la fin mai 2014, au jardin du Luxembourg, j'ai eu l'occasion de rencontrer
 
                                              Marie-Noelle Célérier
                                          
issue du monde de la physique fondamentale,  
- avec un intérêt tout particulier pour la théorie de la relativité d'échelle- ,
 
                                      Marie Noëlle Célérier, qui est  aussi poète,
 
à la recherche de la vérité, de la vérité des femmes, de celle qui parfois se laisse deviner derrière les apparences.  Elle aime la vie, avec les chevaux, le ski, le piano, l'opéra, la peinture, les rencontres...
 
        Voici un choix de deux poèmes de colère,  extraits de son recueil
 
                                                                Nox Irae
 
                             paru aux Editions de la Société des poètes français
 
*
 
Lorsque le vent jaloux de ton amour trahi
souffle sur le domaine où tu pleures d’entendre
le chant lourd du destin envenimé de cendre
et que déjà la ronce folle a envahi,
 
ne crains pas de laisser hurler ton coeur blessé :
la colère fera un masque mortifère
d’où jaillira le feu dardé de tes paupières
dont le son de métal glacera le passé.
 
Enfant issu de l’ombre où jadis ta cuirasse
fut tissé par les soins de ta famille en pleurs,
n’oublie pas le mensonge et que la vie se passe
 
à lutter contre la fortune du malheur,
à câliner son âme avec un fouet de chasse
et à se flageller dans un parfum de fleurs.
 
*
 
Amazone 
Jeanne allait au galop, toute de noir vêtue, 
Penchant gracieusement son col vers son cheval, 
Foulant dans la tiédeur d'un doux soir automnal 
Le tapis ocre et or recueillant ses battues.
 
La voûte illuminée par les rayons obliques 
De l'astre prolongeant sa chute vers l'oubli 
Renvoyait les photons qui pleuvaient sur les plis 
De sa jupe éblouie par leurs éclats lyriques. 
 
Chaque feuille bruissait d'une voix chamarrée. 
Le serein accrochait les perles de la nuit 
Aux branches suspendues se balançant sans bruit. 
 
La frêle et triste enfant, dans son deuil emmurée, 
Passait blanche, pensive, et son oeil embué 
Lui voilait la splendeur des chemins remués. 
 
Ully Saint Georges, le 22 mars 2009
 
*
 
 
En l'absence d'image de couverture du recueil, j'ai repris le logo de la Société des Poètes français.

En l'absence d'image de couverture du recueil, j'ai repris le logo de la Société des Poètes français.

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article