- Madame est aigrie ! - Mais...ai...ai...ais...que vas-tu chercher là ??????

Publié le par Claire (C.A.-L.)

Encore un cliché à "revisiter"...Celui qui consiste à dire :

"Défie-toi des réactions de tes proches par rapport à tes productions. Pour éviter de te blesser ils les vanteront inconditionnellement."

Mais, pas avec des gens que je qualifierais comme étant des ceuss de la révolution permanente...Avec ces ceuss-là. Jamais.

Ceux que je fréquente, - impossible de leur échapper ! - qui appartiennent plus ou moins tous au monde des néo ou anciens profs ou instits ayant plus ou moins vécu ou connu par ouï dire "les fameuses années 68" qui considèrent donc qu'ils ont "l'esprit critique"...

Critique "juste", attention ! pas critique systématique, négative, ce ne sont plus des ados, non mais !!!, critique nécessaire, critique pour aider, critique pour faire grandir,

bên chour,

- l'esprit critique était si vanté dans ces temps-là... Entre parenthèses, pour les mêmes, aujourd'hui, l'attitude critique consiste à hurler avec les loups ! Allez comprendre ! -

...quand ils assassinent ce que tu écris, produis, si ça ne ressemble pas exactement aux normes qu'ils ont dans la tête, ce qui signifie, en ce qui concerne la poésie,

des normes acquises à l'école primaire, - où l'on est, grosso modo en contact avec le poème pour des raisons pédagogiques sans conteste estimables, mais réductrices,

et des normes confirmées depuis leur très lyrique et narcissique journal intime ou quelque chose d'approchant, où ils s'épanchèrent copieusement pour supporter et compenser les cruautés de la vie.

Bref, sniff sniff personne, parmi mes proches n'a jamais prononcé un jugement positif sur mes productions, sauf éventuellement avec un petit sourire contraint, de côté...signifiant la pôvre ! Elle ferait mieux de faire le ménage...

Ou alors mieux : "Claire, je n'ai rien lu de ce que vous avez écrit, mais ça ne peut pas être si mal que ça...Ce qu'en dit X. ne peut pas être si vrai...Qu'en dîtes-vous ?...

Mais rien. Je n'en dis rien.

Je constate juste que c'est plutôt pour avoir quelque fois des "retours" un peu "gratifiants" pour mon "ego" forcément "surdimensionné", que je dois faire lire mes poèmes ailleurs que dans ma sphère de proximité contrainte ou élective.

Ce qui correspond peut-être bien, en fait, en fait au vieil adage tout bête: "Nul n'est prophète en son pays"...

Claire Antoine-Lhote

- Madame est aigrie ! - Mais...ai...ai...ais...que vas-tu chercher là ??????

Publié dans Notes du quotidien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article