"Ne dis rien..." Petit dialogue entre "Elle" et "Lui"

Publié par Claire (C.A.-L.)

NE ME DIS RIEN…
Deux personnages, ELLE et LUI


ELLE- Ne me dis rien...
LUI- Tu commences fort !
ELLE- Je sais...Je ne devrais pas te le dire, que tu vas parler de toi...et, 
ça m'exaspère d'avance. Un petit frisson me parcourt de la tête aux 
pieds, signe annonciateur...
LUI- Qu'est-ce que j'ai fait pour que tu m'agresses ? Je n'ai qu'un mot à 
dire : Pourquoi ?
ELLE - Pourquoi ?...Tu ne pouvais pas mieux faire. Un seul mot et c'est le 
pire. Je m'en doutais .  "Pourquoi? " ! ...Il n'y a pas plus culpabilisant 
pour celui auquel on pose la question. J'ai appris ça en stage. C'est 
terminé, stop. Je n'accepte plus qu'on me culpabilise. Capich ?
LUI- Excuse-moi, mais cette rengaine, tu me la sers depuis nos débuts. 
J'espère qu'un stage aussi cher ne t'aura pas appris que ça... Te vexe 
pas! 
ELLE- Comment veux-tu ? Tu m'écrases.
LUI- Vieille affaire, certainement. Tu ne voudrais pas voir un psy ?
ELLE- Non, tu m'enquiquines. J'ai envie de dire "tu m'emmerdes", mais 
je ne le dis pas. Même à la maison je reste courtoise ! Et pourtant 
personne d'autre que toi ne m'entend. J'ai l'impression d'être toujours en 
représentation. Un modèle fragile, perfectible, mais modèle quand 
même. Je suis fatiguée.
LUI- Tu exagères. Tu te regardes le nombril. Mais, même sans stage, j'ai 
compris que je devais être patient avec ma petite déprimée. Je m'assois, 
là, tu vois et je t'écoute. Je ne dis plus rien, comme tu me l'as ordonné 
tout à l'heure.
ELLE- Je ne suis pas déprimée. Je ne comprends pas cette manie que tu 
as de sous-entendre, chaque fois que quelqu'un est un peu hors de lui, 
qu'il est hystérique. C'est incroyable!
LUI- Je n'ai pas dit cela!
ELLE- Tu l'as pensé.
LUI- Je ne veux pas t'empêcher de continuer, mais je note que tu sais 
lire dans mes pensées. Le stage, sûrement...
ELLE- Moque toi de moi...De toutes façons, ça y est je suis de nouveau 
habitée par la sensation que la parole est inutile et que décidément il 
vaut mieux que je m'occupe du ménage, de ton linge, par exemple.
LUI- Mais je t'écoute! Je ne fais que ça depuis tout à l'heure. Assieds-toi 
près de moi, ferme les yeux. Je vais jouer les Ménie Grégoire...
ELLE - Je le savais. Puisque c'est comme ça, je m'en vais. Ras le bol !. 
Tu t'ingénies à me culpabiliser encore et encore. Incroyable...Au fait, un 
conseil, change de référence : Ménie Grégoire ! ... Personne ne sait plus 
qui c'est...

Claire-Marie ANTOINE
                                                                            



 

Publié dans saynète